Biographie

Claire Besse est née à Rueil-Malmaison (France) en 1962. Après avoir longtemps vécu en région parisienne, elle vit et travaille à partir de la Bretagne. Elle se saisit du médium photographique dès son jeune âge lorsqu'elle trouve un boitier photo abandonné dans le jardin de ses parents.
Autodidactique, la photo s'enchevêtre à sa vie. Elle développe un regard aigu sur la condition humaine: ce qui la prédispose à croquer des portraits ciselés au plus juste.
Des études universitaires en droit la mène à une thèse en fiscalité-finances publiques et à travailler comme consultante et chargée d'enseignement à l'université Paris 2 – Assas.
En 1992, elle réalise son premier voyage au Liban sur l'invitation d'une amie libanaise archéologue et fait une première série de photos argentiques.
Le décès brutal de son mentor en 1993 la décide à transformer sa passion en profession et la plonge dans une profonde dépression. En parallèle à sa formation en photo à Paris, elle découvre l'univers du jeu théâtral comme outil thérapeutique. En 1995, elle réalise sa première exposition sur les Journées mondiales de la Jeunesse. Photographe intervenante entre 1999 et 2001, elle conçoit et anime des ateliers de photographie au Musée Albert Kahn à Boulogne-Billancourt sur les thématiques du portrait et des lieux comme les jardins du musée sous l'influence du temps.
Le hasard des rencontres la conduit à se spécialiser en photographie de théâtre, de danse et d'opéra. Elle travaille pour diverses compagnies et structures culturelles à Paris (Gala des étoiles du 21ème siècle, Théâtre Tristan Bernard, Théâtre de la Pépinière Opéra, etc.) en mettant en lumière le travail des artistes, comme Catherine Terzieff pour son livre Laurent Terzieff, mon frère, Georges Aperghis et son opéra Le petit chaperon rouge... L'immersion dans ce milieu l'entraîne vers de nouveaux horizons. : la critique théâtrale et la production de spectacles en danse et au théâtre. Entre 2002 et 2013, ses photos ornent les halls de théâtres parisiens tel que le Théâtre Tristan Bernard et le Théâtre de la Pépinière-Opéra. En 2007, l'association Gradisca expose ses photos à la Maison de la Grèce sur le thème de la Femme.
En 2010, elle se forme aux techniques du coaching sous la direction de Luce Janin-Devillars (IFG-CNOF – Paris) et découvre la pertinence du médium photographique comme outil psychothérapeutique.
En 2012, elle réalise son second voyage au Liban. Travaillant en numérique, elle fait une seconde série de photos sur le paysage où elle capte les effets du temps.
Entre 2018 et 2020, elle rencontre Emilie Danchin et se forme, sous sa direction, aux techniques de photothérapie de Judy Weiser et à sa propre méthodologie « l'analytique photographique ».
Son travail questionne la nature humaine dans son apparence : le corps sexué, le corps en mouvement et le corps en représentation. Les êtres et les lieux en représentation l'interroge dans le révélé/caché. Son travail se situe dans la lignée du « Voyage sentimental » de Nobuyoshi Araki et de « la quête identaire » d'Anders Petersen.



Recherche